Eden-Avenue

Forum de rencontres amicales
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Rhinos, otites et Cie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nocera
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1149
Age : 35
Localisation : Angoulême 16
Date d'inscription : 06/04/2007

MessageSujet: Rhinos, otites et Cie   Lun 9 Avr - 0:10

On compte en France, chaque année 10 millions de consultations pour rhino-pharyngites, 5 millions pour angines et environ 3 millions pour otites chez les enfants non scolarisés. Enfin, 7 enfants sur 10 souffrent de bronchites aiguës avant l'âge de trois ans.


Ces chiffres sont en augmentation constante. Les parents d’enfants souffrant aussi de bronchites répétées s’inquiètent des toux chroniques, des troubles retentissants sur la santé de l’enfant et sur sa croissance. Le passage à l'asthme est particulièrement redouté.

L'environnement prend de l'importance

Les statistiques montrent clairement des lignes de force : ces situations apparaissent essentiellement en milieu urbain, alliant pollution, forte densité de population et conditions de logement plus ou moins difficilles

Le conseil médical doit commencer par éliminer des pathologies organiques :

Végétations et/ou amygdales hypertrophiées ;
Problèmes allergiques ;
Maladies comme la mucoviscidose ;
Reflux gastro-oesophagien.
La crise immunitaire

Dans la plupart des cas, fort heureusement, la succession d'ennuis correspond simplement à la mise en place des défenses de l'organisme contre les facteurs agressifs d'environnement. Cette phase dite de "crise immunitaire" peut durer toute la petite enfance.

Comment prévenir et réduire le risque ?

Le premier facteur nocif est aujourd'hui le tabagisme familial. Au-delà de 20 cigarettes par jour et par adulte, le risque d'otite séreuse augmente de 40 % chez l'enfant. Il faut impérativement ne pas fumer dans les pièces d'habitation.

Il faut préférer le chauffage par radiateur à eau, ou saturer efficacement l’air de la maison, souvent trop sec en hiver.

Il faut éviter l'accumulation des pièges à poussière et des facteurs d’allergies près de l'enfant : peluches, plume, matelas vieux de plus de 5 ans, moquettes, animaux familiers.

Il faut savoir que l’enfant gardé en collectivité (crèche) fera plus d’otites aigüe et de bronchites que l’enfant gardé à domicile (risque 7 à 8 fois plus élevée).

Il faut privilégier l'allaitement maternel jusqu'à 5 ou 6 mois. Son effet bénéfique sur la prévention des infections du petit enfant est incontestable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nocera
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1149
Age : 35
Localisation : Angoulême 16
Date d'inscription : 06/04/2007

MessageSujet: Re: Rhinos, otites et Cie   Lun 9 Avr - 0:10

Du rhume banal à l'otite.

L'otite est une affection très fréquente. C'est le motif de deux à trois millions de consultations par an. Elle touche beaucoup plus l'enfant que l'adulte, et survient souvent à la suite d'une infection virale (rhinite).

La trompe d'Eustache est un petit canal qui fait le lien entre l'oreille interne et la région nasale postérieure. Son rôle est de draîner vers la gorge les sécrétions normales de la région auriculaire.

Mécanisme de l'otite

Lorsque l'arrière-nez s'encombre à l'occasion d'un rhume, la trompe d'Eustache se bouche. Les sécrétions stagnent et finissent par s'infecter. L'otite moyenne se constitue.

Pus et sérosités refluent vers le tympan qui résiste, se tend et bombe jusqu'à céder dans certains cas. C'est alors l'otorrhée spontanée qui peut calmer spontanément les violentes douleurs de l'otite.

Le bilan minimum

L'otite évidente

Une douleur aiguë de l'oreille, surtout chez l'enfant, peut tout simplement être dûe à une otite externe (furoncle de l'oreille, infection du conduit auditif). Dans ce cas un traitement local peut être suffisant (gouttes auriculaires). Attention, celles-ci sont contre-indiquées lorsque le tympan est percé, seul le médecin peut les prescrire après un examen de l'oreille.

Lorsque l'otite moyenne se forme au début de la rhinite, le diagnostic est aisé.

Les douleurs sont typiques : lancinantes avec des paroxysmes, avec une impression de chaleur intense au fond de l'oreille.

Un traitement antibiotique permet de calmer rapidement les choses. Un traitement contre la douleur ou des anti-inflammatoires peuvent également être prescrits. Dans certains cas, le médecin pourra également pratiquer une paracentèse (incision dans le tympan).

Attention, le traitement antibiotique ne doit pas être interrompu trop tôt, sinon l'otite risque de récidiver. La durée du traitement doit être celle qui a été prescrite par le médecin, même si les douleurs sont soulagées bien avant.

L'otite à bas bruit

Il peut arriver que le rhume traîne, avec un écoulement purulent par le nez et un mouchage postérieur : sensation d'écoulement quasi-permanent au fond de la gorge.

Les douleurs d'oreille sont moins nettes et ressemblent plutôt à une tension entrecoupées de pointes désagréables.

Le mouchage du nez avive plus ou moins la douleur. On a l'impression d'avoir du liquide sous pression dans l'oreille, comme à la mer. On entend mal par moments.

Un examen s'impose. Beaucoup d'otites ne font pas vraiment mal et le rhume tenace, grand consommateur de mouchoirs jetables, ennuie davantage que de vagues sensations dans les oreilles.

Il faut pourtant traiter plus intensivement lorsque le tympan est touché. Tout communique dans les voies aériennes supérieures. L'infection peut gagner les sinus et toucher des os du crâne comme la mastoïde, qui est une saillie osseuse située à la partie inférieure de l'os temporal, c'est à dire juste derrière l'oreille.

La désinfection rigoureuse du nez accompagne le traitement des otites.

L'enfant : un sujet de choix pour les otites

La présence de végétations adénoïdes hypertrophiées dans l'arrière-nez de l'enfant facilite la stagnation des sécrétions dans la trompe d'Eustache.

Cet état est une cause importante d'otites dans le petit âge. La forme la plus redoutable en est l'otite séreuse, peu ou pas douloureuse mais qui peut léser durablement le tympan et entraîner une perte auditive. Elle sera traitée par des médicaments. Un traitement chirurgical pourra être discuté : ablation des végétations adénoïdes, pose d'aérateurs transtympaniques ("yoyos", "diabolos"). En maintenant le tympan ouvert, ceux-ci assurent une bonne aération de l'oreille moyenne qui permet de rétablir la fonction de drainage de la trompe d'Eustache. Ils pourront être laissés quelques mois. Attention, l'enfant porteur d'aérateurs ne devra pas mettre la tête sous l'eau.

Il faut donc se méfier des rhinites traînantes chez l'enfant. Elles peuvent masquer longtemps l'atteinte des oreilles et ses conséquences sur l'audition.

Les mesures de prévention

Les facteurs de risque dans l'environnement : pollution, maison humide ou mal isolée, collectivités d'enfants en bas âge, favorisent tous cette pathologie infantile.

Le tabagisme passif vient compliquer les choses.

L'allaitement maternel, en revanche, aurait un rôle protecteur.

Il est donc souhaitable de prévenir autant que possible la répétition de ces incidents en même temps que l'on en traite les causes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nocera
Admin
Admin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1149
Age : 35
Localisation : Angoulême 16
Date d'inscription : 06/04/2007

MessageSujet: Re: Rhinos, otites et Cie   Lun 9 Avr - 0:11

Otites à répétition : comment les prévenir ?

Rares sont les enfants qui, au sortir de la crèche ou de la maternelle, n’ont pas développé des otites. Ainsi, avant leur troisième anniversaire, près des deux tiers des enfants auront connu au moins un épisode d’otite. Mais au-delà de l’âge de six ans, la plupart d’entre eux ne seront plus sujets à ses maux d’oreilles particulièrement douloureux.


Certaines otites peuvent évoluer vers une forme plus destructrice : l’otite séreuse ou séro-muqueuse.

La susceptibilité de développer de telles infections est favorisée chez le jeune enfant par plusieurs facteurs :


Ces jeunes enfants sont plus sensibles aux infections des voies respiratoires ;
Le développement de la structure de l’oreille n’est pas complet. La trompe d’Eustache est ainsi plus petite chez l’enfant. La réduction de cet organe, qui relie l’oreille moyenne à la gorge a pour mission de réguler la pression dans l’oreille interne, permet un passage plus aisé des microbes vers l’oreille interne. De plus, un rhume ou la grippe peuvent entraîner une inflammation de la trompe et favoriser ainsi l’apparition d’otites.
Des sujets à risque

Certains enfants présentent une susceptibilité plus importante. On peut distinguer quatre groupes de ce type :

Les anciens prématurés ;
Les enfants dont les parents représentent un terrain familial allergique ;
Les enfants présentant des antécédents de reflux gastro-oesophagien ;
Les enfants, qui ont développé des otites touchant les deux oreilles dès les premiers mois de vie.
Les risques

Si vous pensez que votre enfant est atteint d’une otite, n’attendez pas et consulter votre médecin. Une otite qui n’a pas été prise en compte suffisamment tôt peut avoir des conséquences graves. Un examen médical avec un otoscope pourra confirmer l’infection ou la présence de liquide derrière le tympan. Lorsque la trompe d’Eustache est bouchée, la stagnation de sérosités plus ou moins infectées contre le tympan est à l’origine des otites.

Parfois, le tympan peut se fendre sous l’effet de la pression causée par l’infection. Mais dans tous les cas, des otites négligées peuvent entraîner un épaississement et une dégradation du tympan. Si ces otites deviennent chroniques, elles peuvent conduire à de graves dégradation des tympans et entraîner des pertes d’audition. Bien qu’étant très rares, des complications peuvent aller jusqu’à des infections graves telles qu’une méningite, une pneumonie, voire même une paralysie faciale.

Traitement

Le traitement de l’otite moyenne se fait grâce à des antibiotiques pendant une dizaine de jours. Généralement, des pénicillines combattent l’infection et d’autres médicaments atténuent la douleur et la fièvre. Dans certains cas, l’otite se révèle résistante à ce premier traitement, il conviendra alors de lui préférer des antibiotiques plus efficaces.

Si 80 % des otites peuvent guérir seules, il est actuellement impossible de distinguer celles qui n’entraîneront pas des complications des autres. C’est pourquoi le traitement antibiotique est généralisé.

Destinées à la défense locale contre les infections, les végétations adénoïdes situées dans l’arrière-nez peuvent s’hypertrophier et devenir de véritables foyers microbiens tout en obstruant la trompe d’Eustache. Les rhino-pharyngites plus ou moins permanentes chez certains enfants se compliquent fréquemment d’otites. Ainsi, l’ablation de ces végétations peut constituer une mesure préventive importante.

Si les otites apparaissent de manière chronique trop importante, le médecin peut proposer l’installation de tube trans-tympanique. Cette décision doit tenir compte de l’importance du taux de récidives des otites mais également des éventuels retards de langage de l’enfant. Ce tube d’aération inséré dans le tympan permet de rétablir la pression de l’air dans l’oreille moyenne et le drainage des sécrétions. Lorsque la suppression des végétations est restée sans succès, ces tubes permettent des améliorations importantes. Sa technique de mise en place (myringotomie) est simple et parfaitement maîtrisée.

Prévention

Une diminution des risques d’otites à répétition peut facilement être mise en place grâce à quelques simples précautions :

Il est conseillé de s’abstenir de fumer près de l’enfant, et de maintenir l’air propre et sain ;
Lorsque l’enfant développe un rhume, une grippe ou une allergie, il faut lui donner à boire et à manger en position verticale ;
Il est préférable de traiter ou d’éliminer les allergies chez les enfants contractant des otites à répétition ;
Si cela est possible, optez pour la garde à domicile plutôt que la garderie ou, à défaut, choisissez des établissements n’accueillant qu’un nombre limité d’enfants ;
Evitez les excès ou insuffisances de chauffage ;
Limitez les bains en piscine qui favorisent la transmission des infections, en particulier des otites. Au contraire, les bains de mer sont recommandés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rhinos, otites et Cie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rhinos, otites et Cie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SOS otites à repetitons !!!!!!
» Otites repetees et traitement de fond???
» Truc de grand-mère contre les otites
» otites à répétition
» Comment éviter une otite - conseil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eden-Avenue :: ESPACE DETENTE :: Santé-
Sauter vers: